Peut-on parler de bulle immobilière en Ile de France ?

bulle immobilière en idfLa formation d’une bulle immobilière se constate par une augmentation du prix des logements par rapport aux fondamentaux économiques à savoir l’inflation, les salaires etc. De plus, elle est bien souvent localisée dans une zone géographique précise et délimitée.

Nos intuitions liées à l’évolution du marché jouent également un rôle dans la formation d’une bulle immobilière. Quand les prix sont tirés vers le haut, les non propriétaires essayent de vite le devenir avant que les prix ne continuent de monter. Egalement, quand les prix baissent les acheteurs prennent leur temps en espérant que la baisse continue ce qui contribue à un «dégonflement de la bulle». La formation et la déformation d’une bulle immobilière plonge le marché dans une longue période de crise immobilière.

De nombreux acteurs sont concernés

Le rôle de l’Etat est de maintenir des prix élevés voire de les faire augmenter en instaurant des aides telles que les crédits d’impôt, prêts à taux zéro etc… Dans un second temps, les professionnels de l’immobilier perçoivent des commissions calculées par rapport au prix de vente et sont donc amenés à élever les prix. Parmi ces derniers, on retrouve les agents immobiliers facturant des frais d’agence, des notaires, ou encore des banquiers qui proposent des crédits avec des mensualités plus importantes et sur de plus longues durées.

Les particuliers font également partie du jeu sur la spéculation des prix. Nombreux sont ceux qui espèrent profiter d’un marché qui grossit et tentent leur chance en investissant.

Dans quelle situation le marché immobilier est-il en ce moment ?

En Ile de France, les volumes de transactions sont très faibles. En novembre, une baisse de 0,3% a été constatée à Paris et en grande couronne (0,2% en petite couronne). Les acheteurs potentiels sont 40% moins nombreux en région parisienne que l’année dernière. Le nombre de biens à vendre a aussi diminué de 30%. L’offre et la demande évoluent pratiquement de la même manière, ce qui explique la résistance des prix et la chute des volumes.

Qu’est ce que cela entraine ?

Par conséquent, le marché immobilier est bloqué. On ne peut pas réellement parler de bulle immobilière à Paris et en Île-de-France, car le marché ne suit pas le schéma économique qui définit une bulle immobilière. Il s’agit d’une correction progressive des prix et non un effondrement brutal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *