Investir en EHPAD, un choix qui se murit

Retour sur le développement du marché privé de l’EHPAD

marche-dependance-ehpadInvestir de nos jours n’est pas chose facile : en effet, avec un contexte règlementaire en changement constant, une pression fiscale de plus en plus importante et des produits sécurisés qui rapportent peu il nous est parfois difficile de trouver des solutions efficaces. Une des pistes à étudier pour les personnes cherchant un investissement sécurisé et ne demandant aucune gestion réside dans l’investissement en EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Ce type d’investissement peu connu du grand public, commence à faire son trou. En effet, il y a quelque années, les maisons de retraite étaient presque toutes financées par les pouvoirs publics. Mais à cette époque, le pays n’était pas confronté aux mêmes difficultés financières qu’aujourd’hui. Ainsi, depuis une quinzaine d’années, des établissements privés ont fleuri de toute part pour combler le manque important de places que propose la branche publique du secteur de la vieillesse et de la dépendance.

EHPAD : ce qu’il faut savoir avant d’investir

Ainsi pour l’investisseur, c’est l’assurance d’un marché porteur et qui n’est pas prêt de se tarir. D’autre part, des avantages fiscaux ont été mis en place pour attirer encore plus les investisseurs. Bien entendu, cett défiscalisation via le décret Censi-Bouvard ne permet pas de répondre aux attentes de tous les investisseurs (en savoir plus). En revanche, nul doute que la possibilité de récupérer la TVA, d’amortir la valeur du bien et une rentabilité locative nette de charges comprise entre 4% et 5%, sont autant d’atouts de l’EHPAD pour séduire les investisseurs.

Il faut par ailleurs garder à l’esprit que ces biens immobiliers n’ont pas entièrement le caractère de l’immobilier classique. En effet, l’emplacement n’a pas une importance capitale, car l’Etat est partie prenante du marché en subventionnant les EHPAD (mêmes privés) et «sécurise» l’investissement, car un EHPAD n’est construit que s’il y a  une demande forte identifiée sur la région où il est susceptible d’être construit.

Par conséquent nous pouvons voir que les programmes en construction sont situés principalement dans le sud-est et dans le bassin aquitain, le troisième pole étant la région parisienne avec des prix plus élevés. En effet, ces zones sont fortement peuplées et la part de personnes âgées dans la population globale y est de plus en plus importante…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *